Être féministe : entre clichés et vérités

Pour beaucoup, « féministe » est une insulte. Un gros mot. Un synonyme de dominatrice. Castratrice. Pour ce premier article consacré à mon quotidien face au sexisme, je fais ici la compilation des remarques que je reçois, quand je dis être féministe. Celles-ci viennent de mes proches ou même d’inconnu.e.s. Elles sont récurrentes. Et pleines de clichés à déconstruire.

« T’es féministe ? Du coup t’es lesbienne alors. Vu que t’aimes pas les hommes »

M’a dit un jour un type croisé en soirée. C’était dit sans méchanceté, sans agressivité, c’était presque un constat. Tu es féministe DONC tu n’aimes pas les hommes. Et bien non, cher bonhomme. Que je sois lesbienne ou pas (car on s’en bat les muqueuses), ce ne sont pas les hommes que je n’aime pas, mais le patriarcat. Tous les hommes ne sont pas des raclures de bidet, certes. Mais si tous les hommes ne menacent pas les femmes, toutes les femmes sont menacées par les hommes. Le sexisme, comme toute autre oppression, est institutionnel et systémique. Il fait système, et c’est bien là le problème.

Être féministe, c’est vouloir l’égalité. Un homme ne vaut pas plus qu’une femme, et inversement. Ce ne sont pas les hommes, qu’une féministe n’aime pas. C’est le sexisme. C’est vraiment si difficile à comprendre ?

« Concrètement, je comprends pas comment on peut être encore féministe aujourd’hui ! Vous les femmes, vous avez le droit de vote comme les hommes maintenant, donc y a plus rien à revendiquer. »

Là encore, ce genre de réflexion revient souvent à mes oreilles quand je parle de féminisme. Les combats pour l’égalité des genres ne s’arrêtent pas uniquement aux droit de vote, à l’IVG, à la contraception etc, bien qu’ils soient essentiels. D’autant que ces droits sont sans cesse mis en périls. Sur ce blog, vous trouverez pléthores d’articles sur mon quotidien, face au sexisme.

« Et ton copain il en pense quoi ? Je veux dire, une féministe pour copine, ça doit pas être simple à gérer tous les jours… »

On notera l’hétérocentrisme de la question. Non pardon, de l’affirmation. Sachez qu’à l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai jamais eu de relations amoureuses. Rien à voir avec mon féminisme. Mais si vous voulez en savoir plus, c’est ici :

 

Benedict Cumberbatch féminisme t-shirt

Le féminisme n’est pas réservé qu’aux femmes.

« Tant que tu montres pas tes seins en public comme les Femen, moi ça me dérange pas »

Autrement dit, voir des nichons en HD sur des sites porno et des meufs à poil sur des affiches publicitaires pour des marques de lessive ça te dérange pas. Mais que des nanas défilent les seins à l’air en portant des revendications politiques ça, ça t’en pose un. En gros, une paire de boobs doit servir à allaiter son gosse, vendre un aspirateur, et t’aider à astiquer ton manche à balai. Si ça devient politique, là, c’est sale. On ne vit pas sur la même planète visiblement.

« De toute façon, vous êtes pas crédibles, vous n’êtes même pas d’accord entre vous ! »

C’est vrai que, quand on regarde les partis politiques, la multitude de mouvements sociaux existants ou ayant existé, ou même les religions, toustes ont la même vision politique, sociale voir idéologique de leur pensée. Ielles sont tous et toutes d’accord et ne sont jamais divisé.e.s. Bah non, y a que les bonnes femmes pour se chamailler. Et puis de toute façon :

« Une féministe, c’est une hystérique mal-baisée, poilue, moche, frustrée et qui n’a aucun sens de l’humour. »

Bon là, j’abandonne…

 

la mal-baisée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *